Utiliser l’écriture libre pour écrire de meilleurs romans

Publié le jeudi 15 juillet 2021 dans « Écrire un roman »

L’écriture libre a traditionnellement été considérée comme une technique de pré-écriture dans les environnements académiques, dans laquelle une personne écrit en continu pendant une période de temps définie sans se soucier des préoccupations rhétoriques ou des conventions et mécanismes, travaillant parfois à partir d’une invite spécifique fournie par un enseignant.

Utiliser l’écriture libre pour écrire de meilleurs romans

Même si l’écriture libre produit souvent du matériel brut, voire inutilisable, elle est importante et peut être bénéfique pour tous les écrivains. Elle s’adresse spécifiquement aux écrivains non linéaires et propose une double fonctionnalité. D’une part elle permet à l’esprit d’exprimer des idées qui ne feraient pas normalement surface dans le cadre conventionnel et linéaire de l’écriture, d’autre part elle peut aider les écrivains à surmonter les blocages d’écriture (je pense notamment au syndrome de la page blanche) et à gagner en confiance.

Dans un sens, l’écriture libre est une version formelle du vidage du cerveau

Certains écrivains utilisent même la technique pour recueillir des pensées et des idées initiales sur un sujet, souvent en tant que préliminaire à l’écriture formelle. L’écriture libre aide à renforcer leur écriture et leur créativité et lorsque l’écrivain commence à écrire un roman, cette technique peut être appliquée pour poursuivre sa progression. L’écriture libre peut être utilisée pour écrire librement une nouvelle idée de livre, pour écrire librement des problèmes et envisager de nouvelles solutions ou de nouvelles trajectoires, pour écrire librement de nouveaux personnages, etc… Notez que l’écriture libre est à différencier de l’écriture automatique.

Contrairement au brainstorming où les idées sont simplement répertoriées, en écriture libre, on écrit des phrases pour former un paragraphe sur tout ce qui vient à l’esprit.

Histoire de l’écriture libre

Dorothea Brande a été l’une des premières partisanes de l’écriture libre. Dans son livre Devenir écrivainBecoming a Writer dans sa version originale – publié en 1934, elle conseille aux lecteurs de s’asseoir et d’écrire pendant 30 minutes chaque matin, aussi vite qu’ils le peuvent.

En 1973, Peter Elbow a fait progresser l’écriture libre dans son livre Writing Without Teachers, et cette technique d’écriture a été popularisée par Julia Cameron à travers son livre The Artist’s Way en 1992.

Concept de l’écriture libre

L’écriture libre est une technique efficace pour mettre fin à la « censure intérieure » de l’écrivain et expérimenter l’écriture dans l’état de flux. L’idée pour l’écrivain est de noter ses pensées au fur et à mesure qu’elles surgissent, sans les évaluer ni se soucier de la langue dans laquelle elles s’expriment. Une telle écriture est efficace – et très agréable. Abandonner ses attentes et ses jugements fait du bien. De plus, il est facile pour l’écrivain de rester concentré lorsqu’il est immergé dans ses pensées, entièrement connecté au sujet sur lequel il écrit.

Alors pourquoi l’écriture libre est-elle si puissante ?

L’état de flux ne peut être atteint que lorsque l’écrivain fusionne avec le sujet de son attention et abandonne tout le reste. Il s’avère que cela lui permet d’écrire des textes extraordinaires, clairs et vivants, faciles à suivre et à comprendre.

Techniques d’écriture libre

Vous êtes écrivain et vous avez du mal à trouver des idées sur papier ? Essayez cette technique :

Videz votre esprit. Relaxez-vous. Oubliez toutes les règles concernant la grammaire. C’est la partie la plus importante de l’exercice.

Ensuite, fixez-vous une limite de temps. Si vous êtes un écrivain débutant, essayez une limite de dix minutes. Si vous êtes un écrivain plus expérimenté, essayez des sessions de quinze à vingt minutes. Il existe des recommandations pour des sessions plus longues : de quarante-cinq minutes à une heure, mais j’ai constaté que toute session de plus de vingt minutes devient inefficace. Il en résulte généralement des éclaboussures d’idées fragmentées si abstraites et si éloignées de l’objectif initial que l’écrivain ne peut pas les utiliser pour le morceau d’écriture choisi.

Après avoir défini une limite de temps, écrivez sans vous arrêter. Si vous orthographiez mal les mots, ne revenez pas pour les corriger. Si l’idée de départ s’estompe, continuez à écrire. Ceci est crucial pour l’exercice. Même si vous n’avez rien en tête, écrivez « je n’ai rien dans ma tête, je n’ai rien dans ma tête, je n’ai rien dans ma tête ». Répétez des mots jusqu’à ce que vous trouviez une autre ligne de pensée. Ce que vous faites, c’est libérer votre esprit, et finalement quelque chose fera surface même si pour cela vous devez faire plusieurs sessions d’écriture libre.

Lorsque le délai est écoulé, arrêtez-vous. N’écrivez rien d’autre. Revenez ensuite sur vos écrits. Lisez-les lentement et soulignez toutes les idées qui ont fait surface au cours de la session et qui se rapportent à l’écriture formelle sur laquelle vous travaillez. Si l’écriture libre est trop floue pour être utilisée, faites une pause. Essayez une deuxième session plus tard, mais essayez de rester concentré sur le sujet sur lequel vous écrivez.

Écrire librement une nouvelle idée de livre

L’écriture libre est souvent effectuée quotidiennement dans le cadre de la routine quotidienne de l’écrivain. C’est un outil simple qui non seulement améliorera son écriture scientifique, mais affinera également sa réflexion. Et même rendra l’écriture amusante (encore) ! Elle peut être utilisée pour améliorer les idées, planifier un livre et terminer un roman. Elle pourra aider l’écrivain à élaborer un plan futur, à penser au prochain chapitre ou à une prochaine scène.

Alors n’hésitez plus ! Essayez la technique de base ainsi que ses variantes et expérimentez la joyeuse liberté d’écriture.

Variantes

L’écriture libre ciblée

L’écriture libre ciblée est une variante de l’écriture libre dans laquelle l’écrivain définit un sujet et essaye de s’y tenir pendant qu’il écrit librement. Lorsque l’écrivain se surprend à s’éloigner du sujet, il y revient doucement. Il est pratique de stimuler son écriture avec une invite appropriée. Par exemple, si l’écrivain souhaite décrire un personnage, il peut commencer par l’invite « ce personnage montre… ». Mais comme il s’agit toujours d’écriture libre, l’écrivain ne doit pas oublier de régler une minuterie et d’essayer de faire sortir les mots dans un flot continu. Cependant, étant donné que le but est d’écrire sur un certain sujet, l’écrivain peut ressentir l’utilité de faire une pause lorsque son esprit devient vide et, comme le conseille Peter Elbow, « essayer de ressentir à l’intérieur ce vers quoi il veut arriver. »

L’écriture en boucle

L’écriture en boucle est utile lorsque l’écrivain souhaite approfondir sa réflexion sur un certain sujet. La procédure se déroule comme suit : Tout d’abord, l’écrivain écrit librement sur un sujet choisi pendant 5 à 10 minutes (écriture libre ciblée). Ensuite, il lit le texte qu’il a écrit et annote les idées, phrases ou expressions intéressantes. Ensuite, il choisit l’un des passages balisés comme sujet/invite pour la prochaine session d’écriture libre dirigée. Il répète ce processus 3 à 5 fois, ou jusqu’à ce qu’il soit satisfait du résultat.


Laisser un commentaire

Remarque : en publiant un commentaire ou une question, vous ne serez pas automatiquement averti lorsque d'autres personnes répondront à votre message (comme dans certains autres fils de messages des réseaux sociaux). Veuillez vérifier le fil vous-même si ce sujet vous intéresse.

S'il vous plaît, entrez votre adresse email réelle. Elle ne sera pas affichée avec votre commentaire ou sur le site, mais nous pouvons vous répondre si nécessaire. Les commentaires avec de fausses adresses électroniques peuvent être supprimés.
Certains commentaires peuvent être édités ou supprimés, conformément à notre politique de commentaires.

©loumina, tous droits réservés 2021.