Follow @UniversLoumina

Tsundoku : l’art d’acheter des livres et de ne jamais les lire

Publié le vendredi 06 mai 2022 dans « Articles »

En japonais, « tsundoku » fait référence à la pile de livres de votre bibliothèque que vous n’avez jamais lus. Le terme vient de l’argot japonais.

La musique est bonne, les lumières sont tamisées et l’odeur de l’encre et du papier vous indique que vous vous sentez comme chez vous. Vous parcourez les rayons de votre librairie préférée lorsqu’un volume attire votre attention.

Ce n’est pas un livre dont vous avez besoin. Il n’apparaît même pas proche du haut de votre PAL (Pile À Lire). Mais il vous faut l’acheter.

Vous savez déjà où vous allez le mettre : au-dessus de la pile de livres présente sur votre table de chevet.

Cette histoire vous semble-t-elle familière ? Trop réelle ?

Vous sentez-vous parfois mal à l’aise à cause de votre habitude d’acheter des livres ?

Eh bien, vous n’êtes pas seul. Et qui plus est, ce n’est pas une mauvaise chose d’avoir « trop » de livres non lus qui traînent chez vous.

Si vous collectionnez des livres mais que vous n’arrivez jamais à les lire, il y a un mot pour ça. Alors lisez la suite, mes amis, pour en savoir plus sur le concept japonais du tsundoku.

Votre Pile À Lire

Qu’est-ce que le tsundoku ?

Découvrir qu’une expérience familière a en fait un nom (comme le phénomène Baader-Meinhof) ressemble toujours à une petite épiphanie. Apprendre le tsundoku a été l’un de ces moments « rigolo » pour moi.

Le mot tsundoku est une combinaison de deux termes japonais : tsunde-oku (laisser les choses s’empiler) et dokusho (lire des livres). En d’autres termes : acheter des livres, les empiler et ne jamais les lire.

Tsundoku est un terme qui désigne l’accumulation de livres sans jamais les feuilleter.

Ce terme est apparu au XIXe siècle et est toujours d’actualité aujourd’hui. Car malgré l’augmentation des ventes de livres dans de nombreuses régions du monde, le stress provoqué par la crise sanitaire mondiale a peut-être mis à mal les capacités de concentration des lecteurs potentiels.

Le tsundoku et la pandémie – y a-t-il un lien ?

En termes d’effets immédiats, les fermetures à travers le monde ont permis aux gens de retrouver le temps de lire à nouveau. Selon une enquête, l’augmentation de la lecture est liée à l’annulation d’événements de loisirs ou professionnels, en raison des restrictions mises en place pour freiner la propagation du covid-19. De nombreuses personnes ont remplacé d’autres formes de divertissement, comme regarder des plateformes de streaming ou lire au sujet de ces événements annulés.

Cependant, si les chiffres suggèrent une augmentation des ventes de livres, il n’est pas clair si tous ces livres ont été lus ou s’ils ont été simplement placés dans sa bibliothèque personnelle. Certains de ces lecteurs potentiels ont-ils été touchés par le syndrome du tsundoku ?

En quoi le tsundoku est-il différent de la bibliomanie ?

Alors que la bibliomanie est couramment utilisée pour décrire une passion pour la collection de livres, elle peut également désigner un trouble qui conduit les gens à collectionner des livres de manière excessive, jusqu’à la thésaurisation compulsive.

Les bibliomanes peuvent même ne pas être intéressés par la lecture mais avoir un attachement extrême aux livres (conduisant parfois au vol) et une forte aversion pour la perte de ces livres. Par exemple, Sir Thomas Phillipps (1792–1872) a amassé plus de 160 000 livres et manuscrits au cours de sa vie et a acquis une grande maison dans le Gloucestershire pour les stocker.

Le tsundoku, d’autre part, parle d’un désir de lire les livres que l’on achète… mais de ne jamais le faire réellement.

Qui a dit que vous deviez lire ces livres ?

Du point de vue d’un occidental, le tsundoku peut sembler frivole ou inutile, mais le terme ne semble pas avoir cette connotation au Japon.

En supposant que nous n’ayons pas tendance à la thésaurisation et à la bibliomanie, pourquoi achetons-nous des livres que nous n’aurons jamais le temps de lire ? Fondamentalement, je pense que le tsundoku découle d’un désir de lire davantage, de grandir d’une certaine manière, d’élargir nos horizons à travers les mondes que nous explorons dans les pages des livres. Ces mondes peuvent être fictifs ou non fictifs, mais ils sont réels pour nous lorsque nous lisons.

Bien sûr, je suis sûr qu’il y a d’autres raisons pour lesquelles les gens collectionnent des livres, telles que :

  • Rassembler des livres comme symbole de statut ;
  • Collectionner des livres pour enrichir leur décoration intérieure ;
  • Amasser beaucoup de livres sur un sujet particulier en raison de leur travail.

Mais j’ai aussi une théorie plus profonde. Je crois qu’en s’engageant dans le tsundoku, on s’achète du temps, chaque nouvel achat prolongeant notre vie de quelques heures.

Parce que la mort ne peut pas venir tant que le dernier livre de la pile n’est pas lu, n’est-ce pas ?

Comme l’écrivait l’auteur Jules Renard dans son journal, « Quand je pense à tous les livres qu’il me reste à lire, j’ai la certitude d’être encore heureux. »

Existe-t-il un remède contre le tsundoku ?

Cela peut vous sembler drôle, d’autant plus que nous avons déjà couvert le fait que le tsundoku n’est pas un trouble, mais j’ai vu des questions que les gens postent en ligne demandant s’il existe un remède contre le tsundoku.

Eh bien, déballons les raisons pour lesquelles la collecte de livres peut être un problème :

  • Consacrez-vous un pourcentage trop élevé de votre budget global aux livres ?
  • Vous manquez d’espace ?
  • Vous vous demandez s’il pourrait plutôt s’agir d’un trouble de la thésaurisation ?

Si c’est le cas, alors peut-être devriez-vous essayer de résister à l’envie de vous procurer un autre livre… ou même d’obtenir de l’aide si vous ne pouvez pas contrôler vos comportements.

Mais sinon, pourquoi auriez-vous besoin d’être « guéri » du tsundoku ? Vous ne faites de mal à personne en achetant des livres que vous savez que vous ne lirez pas.

Je considère le tsundoku comme un remède utile à la fausse idée selon laquelle les livres doivent être achetés pour être lus. Notre rapport aux livres est plus riche que cela.

Adoptez le tsundoku !

Entourez-vous de livres sans honte.

Considérez chaque livre comme un ami qui peut vous accompagner et vous soutenir dans vos aventures créatives. Comme une boussole vous orientant vers la personne que vous aimeriez devenir.

Empilez-les.


Laisser un commentaire

Remarque : en publiant un commentaire ou une question, vous ne serez pas automatiquement averti lorsque d'autres personnes répondront à votre message (comme dans certains autres fils de messages des réseaux sociaux). Veuillez vérifier le fil vous-même si ce sujet vous intéresse.

S'il vous plaît, entrez votre adresse email réelle. Elle ne sera pas affichée avec votre commentaire ou sur le site, mais nous pouvons vous répondre si nécessaire. Les commentaires avec de fausses adresses électroniques peuvent être supprimés.
Certains commentaires peuvent être édités ou supprimés, conformément à notre politique de commentaires.

Icône Gravatar
Amélie Posté le jeudi 16 juin 2022 à 03:33:31
C’est fou comme je me reconnais dans la définition du Tsundoku !

©loumina, tous droits réservés 2022.